Nouveaux petits théâtres pour mes marionnettes / new little theaters for my finger puppets

Voici six théâtres au format A4 (déplié) / A5, pour mes marionnettes à doigt,

le premier avec ma petite japonaise

et sans ,

un second avec la grand-mère

,

un troisième avec le petit chaperon rouge

,

un quatrième avec l’oursonne

,

un cinquième avec la princesse

  ,

et le dernier avec… tiens je m’étonnais que tu ne te sois pas déjà glissé quelque part !

les sapins, j’aime bien

Si vous voulez nous voir et même nous acheter, venez sur le parvis de l’hôpital nord à Marseille le mardi 23 avril

Publicités

Le théâtre magnétique

Une de mes dernières créations : un théâtre magnétique

Le petit chaperon rouge et le loup le testent.

Oh le chat botté, tu me signes un autographe ?

À mon ami, bébé ours. C’est Boucle d’Or qui va être jalouse !

Tiens, poule rousse ? J’ai pensé que nous deux, ça pourrait faire une fable pour M. de La Fontaine.

Oui, eh bien raconte-moi d’abord la morale de ta fable !

Et voilà petit Pierre et le chasseur qui passent, amenant le loup, le tout surveillé de près par Grand-Père.

Le fond étant métallique, on peut y faire tenir les personnages et les accessoires avec de petits aimants. Et bien sûr, on peut glisser les marionnettes dans la poche.

La petite poule rousse (nouvelle version)

Nouvelle version, avec des marionnettes à la tête en laine feutrée.

Près du bois, il y a un jardin. Dans ce jardin, il y a une maison :

C’est la maison de Poulerousse.

Dans la cuisine et dans la chambre, tout est propre et bien rangé.

Poulerousse est une bonne ménagère : pas un grain de poussière sur les meubles, des fleurs dans les vases, et aux fenêtres de jolis rideaux bien repassés.

C’est un plaisir d’aller chez elle.

Son amie la tourterelle vient la voir tous les jours.

Toc, toc, toc… Elle frappe doucement à la porte. Les deux amies s’embrassent.

Ce sont des « cot cot, cot, cot » et des « oucourou, oucourou » à n’en plus finir.

Elles ont beaucoup de choses à se dire. Elles s’assoient l’une en face de l’autre.

Elles boivent un tout petit verre de vin sucré, croquent des gâteaux secs.

Elles chantent et jouent aux dominos, ou bien… elles travaillent en bavardant.

La tourterelle tricote. Poulerousse aime mieux coudre ou raccommoder.

Du reste, elle a toujours dans sa poche une aiguille tout enfilée, un dé et des ciseaux.

Et elle est toujours prête à rendre service aux uns ou aux autres, en raccommodant un accroc ici ou là.

Aussi tout le monde dit du bien d’elle.

Et le renard, qui dresse ses oreilles pointues à tous les vents, entend un jour :

– Quelle bonne petite poule, cette Poulerousse ! Et comme elle est belle et grassouillette ! Toute grassouillette !

– Grassouillette… se dit le renard.

Oh ! Aïe ! Aïe ! Toute grassouillette !

L’eau lui vient à la bouche et il court tout droit chez lui. Il entre en dansant et en chantant :

– Grassouillette ! Grassouillette ! Elle est toute grassouillette !

Vite il choisit le plus gros sac et ressort, toujours dansant.

Le renard file comme le vent. Il voit la maison de Poulerousse, s’approche doucement, se cache derrière un arbre.

Au même moment, la porte s’ouvre. — Cot, cot, cot, au revoir, chère tourterelle, à demain. — A demain, ma Poulerousse. Au revoir !

La tourterelle s’envole.

Poulerousse va chercher du bois au bûcher.

Alors, houp ! Le renard saute dans la cuisine sans faire de bruit et se cache derrière la porte.

Poulerousse prend du bois et rentre tranquillement dans sa maison.

Mais, ha ! Le renard l’attrape et la fourre dans son sac, si vite que Poulerousse n’a pas le temps d’ouvrir le bec.

– Je te tiens, je te tiens, ma belle !

Le renard noue le sac, le jette sur son épaule et s’en va en sifflant.

Poulerousse est tout étourdie. Elle étouffe, elle se débat dans le sac et lance un « cot, cot » plein d’effroi. Mais… qui l’entendra ?

Qui l’entendra ? La tourterelle … Elle est là tout près, sur une branche de pommier. Elle comprend que le renard emporte Poulerousse pour la manger. Son cœur bat très fort, ses ailes tremblent, elle a du mal à les ouvrir.

Enfin, elle s’envole, pousse un petit cri et se pose à quelques pas du renard. Elle volette et sautille en traînant l’aile, comme si elle était blessée. Une tourterelle blessée ! Quelle chance ! Attends, ma petite. Il y a encore une place pour toi dans la marmite ! Le renard pose le sac par terre et court après la tourterelle.

Il croit l’attraper … Hop ! Elle saute et se pose quelques pas plus loin. Hop ! Hop !… Et, tout en sautillant, elle chante : « Oucourou, oucourou ». Cela veut dire : « Courage, Poulerousse, sauve-toi ! »

Vite, vite, Poulerousse prend ses ciseaux dans sa poche. Crac, crac, elle coupe la toile, et pfutt ! La voilà libre. Puis elle pousse une grosse pierre dans le sac et le recoud en un clin d’oeil, remet dans sa poche son aiguille tout enfilée, son dé, ses ciseaux, et court, court, court vers sa maison.

Le renard court aussi. Il est très loin, tout essoufflé : — Nom d’un rat ! Il faut que je l’attrape, cette sale bête ! Là, cette fois, ça y est ! Ouap !… Rien ! La tourterelle s’envole juste assez haut pour voir Poulerousse entrer dans sa maison.

Alors, rassurée, elle s’envole pour de bon, haut, très haut.

Le renard reste bouche bée, et, furieux, revient vers le sac, qu’il remet sur son épaule en grognant : Au moins, celle qui est là-dedans ne se sauvera pas !

Puis il rentre chez lui, bien fatigué.  – J’ai trop couru, je la trouve encore plus lourde que tout à l’heure !

Le couvert est mis et l’eau bout dans la marmite. Il ouvre le sac et le secoue au-dessus de l’eau qui bout.

La pierre tombe. L’eau bouillante jaillit sur lui et le brûle si fort qu’il se sauve en hurlant dans les bois.

Jamais il n’est revenu.

Et depuis ce jour, Poulerousse et la tourterelle ne se quittent plus. Elles vivent ensemble dans la petite maison de Poulerousse. Elles sont très heureuses.

Le sac qui contient les protagonistes et la maison :

avec son étiquette brodée.

marionnettes à doigt nouvelles (3)

P1020269

  • Mais bonjour mesdames, le fond de l’air est frais, n’est-ce pas ?
  • Tiens, tiens, le renard!
  • Mon amie  et moi aurions quelques remarques à te faire sur ton sens de l’hospitalité. 

P1020272

  • Oh je crois que j’ai oublié ma poule au pot sur le feu. 
  • Pas si vite, et ta poule t’es sûr que c’est pas un cigogneau ?

P1020274

  • Mais l’écuelle, c’était juste pour plaisanter.
  • Nous aussi on plaisante… à coups de bec ! 

P1020275

  • Mais c’était juste un arrangement avec mon imprésario, Monsieur Jean de La Fontaine pour sa nouvelle histoire.
  • Au secours !

Le coq et le Renard

Le Coq et le Renard

de Jean de La Fontaine

P1010381

Sur la branche d’un arbre était en sentinelle

Un vieux Coq adroit et matois.

P1010384

« Frère, dit un Renard, adoucissant sa voix,

Nous ne sommes plus en querelle :

Paix générale cette fois.

P1010385

Je viens te l’annoncer ; descends, que je t’embrasse.

Ne me retarde point, de grâce ;

Je dois faire aujourd’hui vingt postes sans manquer.

P1010386

Les tiens et toi pouvez vaquer

Sans nulle crainte à vos affaires ;

Nous vous y servirons en frères.

Faites-en les feux dès ce soir.

Et cependant viens recevoir

Le baiser d’amour fraternelle.

– Ami, reprit le coq, je ne pouvais jamais

Apprendre une plus douce et meilleur nouvelle

Que celle

De cette paix ;

P1010400

Et ce m’est une double joie

De la tenir de toi. Je vois deux Lévriers,

Qui, je m’assure, sont courriers

Que pour ce sujet on envoie.

P1010388

Ils vont vite, et seront dans un moment à nous.

Je descends ; nous pourrons nous entre-baiser tous.

-Adieu, dit le Renard, ma traite est longue à faire :

P1010412

Nous nous réjouirons du succès de l’affaire

Une autre fois. Le galant aussitôt

Tire ses grègues, gagne au haut,

P1010411

Mal content de son stratagème ;

P1010415

Et notre vieux Coq en soi-même

Se mit à rire de sa peur ;

Car c’est double plaisir de tromper le trompeur.

P1010405

La petite poule rousse

La petite poule rousse

Près du bois, il y a un jardin. Dans ce jardin, il y a une maison, c’est la maison de Poulerousse. Dans la cuisine et dans la chambre, tout est propre et bien rangé. Poulerousse est une bonne ménagère : pas un grain de poussière sur les meubles, des fleurs dans les vases, et aux fenêtres de jolis rideaux bien repassés. C’est un plaisir d’aller chez elle.

P1000039

Poulerousse aime coudre ou raccommoder. Du reste, elle a toujours dans sa poche une aiguille tout enfilée, un dé et des ciseaux. Et elle est toujours prête à rendre service aux uns ou aux autres, en raccommodant un accroc ici ou là. Aussi tout le monde dit du bien d’elle.

Et le renard, qui dresse ses oreilles pointues à tous les vents,

P1000043

entend un jour : – Quelle bonne petite poule, cette Poulerousse ! Et comme elle est belle et grassouillette ! Toute grassouillette !

– Grassouillette… se dit le renard.

– Oh ! Aïe ! Aïe ! Toute grassouillette !

L’eau lui vient à la bouche et il court tout droit chez lui. Il entre en dansant et en chantant :

– Grassouillette ! Grassouillette ! Elle est toute grassouillette ! Vite, je prends un sac.

P1000045

Le renard ressort, file comme le vent. Il voit la maison de Poulerousse, s’approche doucement, se cache derrière un arbre.

P1000048

Poulerousse va chercher du bois au bûcher. elle prend du bois et rentre tranquillement. Mais, ha ! Le renard l’attrape et la fourre dans son sac, si vite que Poulerousse n’a pas le temps d’ouvrir le bec.

P1000052

– Je te tiens, je te tiens, ma belle !

P1000020

Le renard noue le sac, le jette sur son épaule et s’en va en sifflant.

P1000021

Poulerousse est tout étourdie. Elle étouffe, elle se débat dans le sac et lance un « cot, cot » plein d’effroi. Mais… qui l’entendra ?

Mais elle est bien lourde et Renard fait une pause dans l’herbe. Du coup il fait une petite sieste en rêvant au bon repas qui l’attend.

P1000024

Poulerousse reprend ses esprits et défait le nœud, et pfutt ! La voilà libre.

P1000026

Puis elle pousse une grosse pierre dans le sac et le referme en un clin d’œil,

P1000027  P1000028

et court, court, court vers sa maison.

P1000031

Le renard se réveille, remet son sac sur son épaule et il rentre chez lui, bien fatigué.

P1000032

Vite, le couvert est mis et l’eau bout dans la marmite. Il s’approche de la marmite, ouvre le sac et le secoue au-dessus de l’eau qui bout.

P1000062  P1000063a  P1000064

La pierre tombe. L’eau bouillante jaillit et le brûle si fort qu’il se sauve en hurlant dans les bois.

P1000058  P1000059  P1000060

Jamais il n’est revenu.

Et depuis ce jour, Poulerousse vit tranquille dans sa petite maison avec ses amis.

Le renard et la cigogne de Jean de La Fontaine

Compère le Renard se mit un jour en frais,

Et retint à dîner commère la Cigogne.

Le régal fût petit et sans beaucoup d’apprêts :

Le galant pour toute besogne,

Avait un brouet clair ; il vivait chichement.

Ce brouet fut par lui servi sur une assiette :

La Cigogne au long bec n’en put attraper miette ;

Et le drôle eut lapé le tout en un moment.

DSCF9866

Pour se venger de cette tromperie,

A quelque temps de là, la Cigogne le prie.

« Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis

Je ne fais point cérémonie. « 

A l’heure dite, il courut au logis

De la Cigogne son hôtesse ;

Loua très fort la politesse ;

Trouva le dîner cuit à point :

Bon appétit surtout ; Renards n’en manquent point.

Il se réjouissait à l’odeur de la viande

Mise en menus morceaux, et qu’il croyait friande.

On servit, pour l’embarrasser,

En un vase à long col et d’étroite embouchure.

Le bec de la Cigogne y pouvait bien passer ;

Mais le museau du sire était d’autre mesure.

DSCF9868

Il lui fallut à jeun retourner au logis,

Honteux comme un Renard qu’une Poule aurait pris,

Serrant la queue, et portant bas l’oreille.

DSCF9870

Trompeurs, c’est pour vous que j’écris :

Attendez-vous à la pareille.

Le Corbeau et le Renard de Jean de La Fontaine

DSCF9490red

Maître Corbeau, sur un arbre perché,  DSCF9495red

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l’odeur alléché, DSCF9496red

Lui tint à peu près ce langage:

DSCF9498red

Et bonjour, Monsieur du Corbeau,

Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.

DSCF9502red

A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s’en saisit et dit : Mon bon Monsieur,

DSCF9507red

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l’écoute.

Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.

DSCF9508red

Le Corbeau honteux et confus

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus. DSCF9512red