Ma maison

Enfin du soleil, ce matin.

Venez voir ma petite maison,

Ici ma cuisine, mon salon, ma terrasse, ma salle à manger etc.

Au 1ere étage, ma chambre,

vous avez vu le beau papier peint !

Au second, mon atelier, avec ma machine à coudre, mon panier avec mes tissus etc.

et au grenier, pour l’instant, pas grand chose, je viens de faire le ménage,

et une vue d’ensemble de ma maison :

 Mais sous l’arbousier, c’était trop pénible avec les arbouses qui me tombaient sur la tête et les bourdons qui faisaient trop de bruit, je me serais cru dans un aéroport.

Là c’était mieux mais il manquait de soleil.

Là c’est bien, installée sur un pas japonais.

Et si vous voulez me voir, venez du 7 au 9 décembre aux trois jours des métiers d’Art, 19 cours d’Estienne d’Orves, à Marseille :

Publicités

Mes trois dernier(e)s : Mme Renard, M. Loup et la Souris de Beatrix Potter / Miss Fox, Mister Wolf and Beatrix Potter’s Mouse

Oh bonjour, Madame du Renaaard.

Tiens, le loup, tu rodes dans ces parages ?

Permettez que je vous fasse la bise…

Du calme, nous n’avons pas mangé les cochons ensemble, que je sache !

Eh bien, pendant que ces deux là se chamaillent, je m’éloigne…

Ils seraient bien capables de se réconcilier sur mon dos !

Réunion de sorcières / witches’ meeting

Alors, qu’est ce que vous avez rencontré dans le bois ?

Eh bien, auprès du vieil arbousier géant, j’ai vu…

Mais quoi encore ?

Deux sorcières autour d’un chaudron !

Aïe, aïe, aïe !!

Et là soudain une troisième a surgi dans mon dos !!!

Ah, je n’avais jamais couru aussi vite de ma vie !

Alors ma chère, qu’est ce qui vous a retardé ?

Un bruit, mais ce n’était qu’une souris trop curieuse,

avec la frousse que je lui ai faite, elle va courir longtemps !

Oh, mais vous êtes élégante ce soir.

N’est-ce pas.

Bon mesdames, plutôt que parler chiffons, si nous passions à la préparation de la potion ?

À la grenouille, j’ajouterais bien quelques poils que cette souris a abandonnés dans sa fuite.

Vous savez ce que je vois au fond du chaudron ?

Non ?

Que du 7 au 9 décembre, nous serons aux 3 jours des métiers d’arts, cours d’Estienne d’Orves à Marseille.

Conversations de souris / talk between mice

Oh là là, quelle aventure !

Vite, je vais raconter ça à ma copine.

C’est gentil de venir me voir,

venez que je vous montre ma nouvelle maison.

Oh la belle broderie sur l’oreiller !

C’est un cadeau de Petite Poule Rousse.

Et vous avez l’électricité ?

Oui, mais surtout les jours de mistral,

quand il fait soleil et que l’éolienne tourne.

Le poêle à bois, l’horloge,

tout le confort moderne !

… mais je ne vous ai même pas demandé,

vous avez trouvé facilement le chemin ?

Oh oui, mais près du grand chêne,

devinez ce que j’ai vu

suite une prochaine fois

La boite de la souris

Vous avez vu à côté du poêle ?

C’est mon échelle de corde

Avec la trappe pour sortir de ma maison, car elle sera installée sous terre,

Et sa clé que je porte toujours sur moi.

Et mon oreiller à fleurs, il vous plait ?

à la tête du lit, une jolie broderie,

au-dessus ma belle lampe, et mon plafond fleuri.

J’ai une autre lampe pour quand je sors la nuit,

un joli napperon sur ma table,

et ma théière.

Ma maison-boite

Le gros navet / the gigantic turnip

Dans la campagne russe, dans la petite isba vivent le grand-père, la grand-mère, leur petite fille Macha, le chien, le chat… et la souris (chut, je suis là incognito).

Ils ont passé l’hiver près du gros poêle qui trône dans la pièce, avec les poissons fumés accrochés au-dessus.

Mais après le long hiver russe, la neige avait fondu, le printemps était revenu et il était temps de semer les légumes dans le potager.

Tout le jour le grand-père avait semé,

et pour finir il avait déposé une graine de navet dans un trou.

Le grand-père et la grand-mère prirent bien soin de leurs plantations.

Le grand-père en particulier arrosait soigneusement ses légumes,

et tous les jours il voyait le navet pousser, pousser, pousser…

  • Regarde, déjà une feuille…

  • Il pousse bien…

  • Quel superbe navet…

  • Mais il va s’arrêter quand de pousser, ton navet ?

Et le navet avait tant poussé que le jour de la récolte venue, le grand-père se demanda comment il allait le cueillir.

Alors il retroussa ses manches, cracha dans les mains,

empoigna les feuilles du navet, s’arc-bouta et tira, tira, tira…

Mais le navet ne bougea pas d‘un poil, enfin d’une feuille !

  • Oh ce navet commence à m’énerver. Grand-mère, viens m’aider !

La grand-mère prit le grand-père par la taille,

le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent…

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

Le grand-père se gratta la tête puis,

  • Appelle notre petite-fille,

  • Macha, viens nous aider, appela la grand-mère.

Macha se cramponna à sa grand-mère,

le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

Macha aussi,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent, tout en scandant : « tire, tire, tire, tire-navet ! »…

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

Le grand-père était désespéré, Macha siffla alors son chien !

  • Où t’as appris à siffler comme ça, Macha ?

demanda grand-mère, mais avant qu’elle réponde, son chien déboula de la maison

– Ouaf, ouaf, me voilà, me voilà, c’est pourquoi, c’est pourquoi ? – se précipita dans le potager et s’accrocha à Macha.

Le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

Macha aussi,

Le chien aussi en aboyant,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent, tout en scandant : « tire, tire, tire, tire-navet ! » et « ouah, ouah, ouah »…

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

Le grand-père était catastrophé, Macha appela alors le chat.

Il arriva en s’étirant – Miaou, pourquoi me tire-t-on de ma sieste ? – et s’accrocha au chien.

Le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

Macha aussi,

Le chien aussi en aboyant,

Le chat aussi en miaulant,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent, tout en scandant : « tire, tire, tire, tire-navet ! », « ouah, ouah, ouah » et « mia, mia, mia »…

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

Le grand-père était effondré, Macha pleurait, le chat et le chien se regardaient…

Et c’est alors que la souris sortit de la maison et proposa son aide.

  • Tu sais faire autre chose que grignoter le fromage ?

lui dit le chien.

Elle lui tira la langue et s’accrocha au chat, qui ne dit rien car dans le vol de fromage, ils étaient complices !

Le grand-père s’arc-bouta,

La grand-mère aussi,

Macha aussi,

Le chien aussi,

Le chat aussi,

La souris aussi,

Mais ils n’eurent pas le temps de dire « tire, tire, tire, tire-navet ! », « ouah, ouah, ouah », « mia, mia, mia » et « hi, hi, hi », le navet jaillit de terre…

et de surprise, le grand-père tomba sur la grand-mère, Aïe !

La grand-mère tomba sur Macha, Ouille !

Macha tomba sur le chien, Ouah !

Le chien tomba sur le chat, Miaou !

Seule la souris eut juste le temps de se sauver, hi.

Et elle monta sur l’énorme navet en dansant et chantant : « c’est moi la plus forte… »

ce qui énerva un peu les autres !

Mais ils lui pardonnèrent et lui permirent de monter sur le navet tandis que grand-père et grand-mère le ramenaient triomphalement à la maison.

Prêt pour la plage

P1060625

J’ai mon seau, ma pelle, mon ballon, mon épuisette

et j’ai retrouvé un collier de coquillages que j’avais fait l’année dernière.

P1060621

Vous avez vu ! Ma maman m’a fait un beau petit costume de marin,

j’ai un foulard rouge autour du cou car il fait encore froid au bord de la mer et un beau béret.

P1060624

Et si vous voulez m’amener à la plage avec vous, dans mon joli sac,

faut demander à ma maman ou passer dans ma boutique.

Le gros navet / the gigantic turnip

Dans la campagne russe, dans la petite isba vivent le grand-père, la grand-mère, leur petite fille Macha, le chien, le chat…et une souris.

Ils ont passé l’hiver près du gros poêle qui trône dans la pièce, avec les poissons fumés accrochés au-dessus…

Mais après le long hiver russe, la neige avait fondu, le printemps était revenu et il était temps de semer les légumes dans le potager.

P1060320

Tout le jour le grand-père avait semé,

P1060322

et pour finir il avait déposé une graine de navet dans un trou.

P1060321

Le grand-père et la grand-mère prirent bien soin de leurs plantations.

P1060324

Le grand-père en particulier arrosait soigneusement ses légumes

P1060327

et tous les jours il voyait le navet pousser, pousser, pousser…

P1060328

  • Regarde, déjà une feuille…

P1060329

  • II pousse bien…

P1060331

  • Quel superbe navet…

P1060332

  • Mais il va s’arrêter quand de pousser, ton navet ?

Et le navet avait tant poussé que le jour de la récolte venue, le grand-père se demanda comment il allait le cueillir.

P1060334

Alors il retroussa ses manches, cracha dans les mains,

P1060336

empoigna les feuilles du navet, s’arc-bouta et tira, tira, tira…

P1060335

Mais le navet ne bougea pas d‘un poil, enfin d’une feuille !

P1060338

  • Oh ce navet commence à m’énerver. Grand-mère, viens m’aider !

P1060341

P1060342

La grand-mère prit le grand-père par la taille,

P1060346

le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent…

P1060344

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

P1060347

Le grand-père se gratta la tête puis,

  • Appelle notre petite-fille,
  • Macha, viens nous aider, appela la grand-mère.

P1060349

Macha se cramponna à sa grand-mère,

le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

Macha aussi,

P1060350

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent, tout en scandant : « tire, tire, tire, tire-navet ! »…

P1060352

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

P1060353

Le grand-père était désespéré, Macha siffla alors son chien !

  • Où t’as appris à siffler comme ça, Macha ?

demanda grand-mère, mais avant qu’elle réponde, son chien déboula de la maison

P1060354

– Ouaf, ouaf, me voilà, me voilà, c’est pourquoi, c’est pourquoi ? – se précipita dans le potager et s’accrocha à Macha.

P1060358

Le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

Macha aussi,

Le chien aussi en aboyant,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent, tout en scandant : « tire, tire, tire, tire-navet ! » et « ouah, ouah, ouah »…

P1060357

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

Le grand-père était catastrophé, Macha appela alors le chat.

P1060361

Il arriva en s’étirant – Miaou, pourquoi me tire-t-on de ma sieste ? – et s’accrocha au chien.

Le grand-père s’arc-bouta,

la grand-mère aussi,

Macha aussi,

P1060362a

Le chien aussi en aboyant,

Le chat aussi en miaulant,

et ils tirèrent, tirèrent, tirèrent, tout en scandant : « tire, tire, tire, tire-navet ! », « ouah, ouah, ouah » et « mia, mia ma »…

P1060364

P1060365a

Mais le navet ne bougeait toujours pas !

P1060367

Le grand-père était effondré, Macha pleurait, le chat et le chien se regardaient…

P1060366

Et c’est alors que la souris sortit de la maison et proposa son aide.

P1060370

  • Tu sais faire autre chose que grignoter le fromage ?

lui dit le chien.

Elle lui tira la langue et s’accrocha au chat, qui ne dit rien car dans le vol de fromage, ils étaient complices !

P1060374

Le grand-père s’arc-bouta,

La grand-mère aussi,

Macha aussi,

Le chien aussi,

Le chat aussi,

La souris aussi,

Mais ils n’eurent pas le temps de dire « tire, tire, tire, tire-navet ! », « ouah, ouah, ouah », « mia, mia ma » ou « hi, hi, hi », le navet jaillit de terre

P1060375

et de surprise, le grand-père tomba sur la grand-mère, Aïe !

La grand-mère tomba sur Macha, Ouille !

Macha tomba sur le chien, Ouah !

Le chien tomba sur le chat, Miaou !

Seule la souris eut juste le temps de se sauver.

P1060379

Et elle monta sur l’énorme navet en dansant et chantant : « c’est moi la plus forte… »

P1060380

ce qui énerva un peu les autres !

P1060385