Pour raconter des contes de fées

Voici un tableau magnétique, pour raconter tous les contes de fée qui vous inspirent :

Le dragon vole au-dessus des tours, et veille sur le château

et sur la princesse.

Entrez dans le salon de réception :

Lui, c’est mon prince, il est beau, mais un peu timide

La fée est là aussi.

Elle et la sorcière, lors d’un duel magique,

ont transformé mon laboureur en roi

de l’étang ! J’espère qu’elles vont arriver à inverser la formule avant la fin de l’été.

Sinon, je les enverrai toutes les deux faire la moisson à sa place,

avec le dragon pour les surveiller !

Une photo de famille

Des aimants que l’on glisse sous leur vêtement permettent de positionner les marionnettes comme on le souhaite sur le tableau dont le fond est une feuille métallique mince.

Publicités

Promenons-nous dans les bois

Promenons-nous dans les bois,

Pendant que le loup y est pas.

Si le loup y était,

il nous mangerait.

Mais comm’ il n’y est pas

Il nous mang’ra pas.

Loup y es-tu ?

Que fais-tu ?

Entends-tu ?

  Je mets ma culotte.

Refrain…

 Je mets mon pantalon.

Refrain

Je mets ma chemise.

Zut, mon museau a du mal à passer.

Refrain

Je mets mon tricot.

Ah, les oreilles aussi, elles coincent.

Refrain

Je mets mes chaussettes.

Elles sont belles, hein ! Tricotées par ma maman.

Refrain

Je mets mes chaussures.

Refrain

Euh, noeud pap ou bandana ?

Refrain

Au lieu de chanter bêtement, pouvez-pas me conseiller ? Bon, noeud pap !

Je mets mes lunettes.

Refrain

 Euh, vous avez vu, j’ai le bonnet et l’écharpe tricotés main par ma mamy pour l’hiver.

Refrain

Tout compte fait, il fait trop chaud dehors, restons nature !

Refrain

Et maintenant, je vais vous manger !

 Ah, au secours !

Mais c’était pour rire, revenez…

Le loup a une grande bouche et tout ce qu’il avale tombe directement dans son ventre.

On peut ensuite le sortir grâce  une fermeture-éclair sur le côté.

Boite du lapin

Bonjour, voici ma petite maison portative :

on y trouve le lit, ma table de nuit avec sa lampe de chevet,

un petit tapis, ma serviette en cuir, un tablier de rechange,

au mur, le portrait du fiston.

Je vais partir en voyage chez mes cousins les lapins blancs de Scandinavie, alors j’ai prévu un châle bien chaud.

Une fois fermée, ma maison est prête à être amenée par mes amies les oies cendrées lors de leur migration vers le Grand Nord.

L’un de nous est de trop dans cette ville !

Chats bottés

Coucou, c’est moi.

Qui?

Le chat botté.

Pas possible ?

Mais si !

N’ai-je pas fière allure,

avec ma cape, mon chapeau et son plumet ?

Et sur mon cornet, me voilà brodé

quand j’attrape ce stupide ogre,

qui a commis la bêtise de m’écouter

et se transformer en souris.

 

Mais que vois-je ?

Quel est cet imposteur ?

Diantre, messire, ne m’insultez pas ou je vous découpe avec ma dague.

D’ailleurs mon cornet montre bien qui je suis :

du moulin

au château,

tel est mon destin !

L’un de nous deux est de trop dans cette campagne !

 

Suffit, les minets, chacun de vous trouvera bien une maison accueillante pour y raconter son histoire, loin de son concurrent.

Nous traiter de minets, nous des gentilshommes, quelle insulte !

 

La Princesse au petit Pois

Voici une nouvelle princesse au petit pois

dans son lit-boite-cornet

Avec tous les matelas qui apparaissent quand on monte le bâton,

   

et son texte sous une nouvelle présentation.

 

La princesse tente de se hisser au sommet de ses vingt matelas et vingt édredons

Ouf, ça y est !

Et le petit pois est aussi prévu.

Au secours, je tombe !